Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

IMMOVERT

Votre Expert Jardin

Mon blog

Blog

Les soins

Posted on June 8, 2012 at 10:35 AM Comments comments (2)
IMMOVERT - Chelone obliquaUne plantation de vivaces, bien choisies et bien établies, demande vraiment peu de soins, à condition que l'entretien soit assuré régulièrement.
 
Les sarclages:
 
Une mauvaise herbe ne doit jamais monter en graines. Plus les sarclages sont fréquents, plus ils sont rapides et faciles. Les premières années, ils sont plus nombreux car les plantes, encore peu développées, n'occupent pas encore tout l'espace; il reste des vides propices à l'apparition des mauvaises herbes. Peu à peu, la couverture du sol est mieux assurée et les sarclages deviennent moins fréquents. La technique suivante permet de bien contrôler l'apparition des mauvaises herbes.
 
Le paillage ou " mulching "
 
IMMOVERT - GeumIl a pour but de recouvrir le sol libre, entre les plantes, avec un  matériau propre qui formera une sorte d'écran. Suivant les plantations et les possibilités d'approvisionnement, on utilise l'écorce décorative, l'écorce broyée, les feuilles ou même les hampes sèches et broyées des plantes que l'on a rabattues. Les espèces originaires de milieu rocheux préfèrent même une couche de gravier de 2 à 3 cm d'épaisseur.
Les avantages du paillage sont multiples et de la plus hautes importance. Il réduit le déssèchement du sol et son compactage, notamment sous l'effet de la pluie. Il restitue au sol une partie de matières organiques qui contribuent à entretenir sa fertilité. Il freine ou interdit la germination et l'installation des mauvaises herbes.
Après quelques saisons, le paillage disparaît par décomposition. On le reconstitue de temps en temps, là où il est encore nécessaire.
 
Le pincement:
 
Le pincement consiste à couper le sommet des pousses pour stopper leur allongement et les obliger à se ramifier. Mais, chez les plantes vivaces, le pincement provoque surtout le renforcement des souches. Il est souvent pratiqué chez les jeunes plantes dont les tiges sont faibles.
Cependant, le pincement se pratique aussi pour décaler les floraisons, chez les asters ( aster ) et les chrysanthèmes des jardins ( chrysanthemum ) par exemple. Les tiges pincées au cours de leur développement fleuriront un peu plus tard, le temps qu'elles reforment de nouvelles inflorescences. Grâce au pincement, on peut limiter le développement d'une plante qui a tendance  à prendre trop de place. Cette technique est beaucoup plus douce et discrète que le rabattage qui met à nu le centre des touffes.
 
Le rabattage:
 
IMMOVERT - Myosotis palustrisC'est une technique plus radicale qui consiste à couper une plante plus au moins à la base. En règle générale, le rabattage est pratiqué en automne, sur des plantes herbacées, celles dont les parties aériennes se dessèchent en fin de saison. C'est un nettoyage. Mais le rabattage est utilisé chez bien des plantes, comme les pieds d'alouettes ( delphinium ), les érigérons ( érigeron ), les centaurées ( centaurea ), pour provoquer une deuxième floraison dans de bonnes conditions. Il faut agir très tôt, sans même attendre le déssechement des dernières fleurs, pour bénéficier au plus vite d'une nouvelle végétation vigoureuse. Par des étés très secs, il ne faut pas hésiter à rabattre une plante qui souffre de la soif et reste plus ou moins flétrie.
De toute façon, à ce stade, les fleurs ne s'ouvrent pas ou très mal. Rabattue, elle se rattrapera en fin de saison, quand les conditions climatiques seront favorables.
 
Le tuteurage:  
 
Souvent inesthétique, c'est un mal parfois inévitable, en particulier après des bourrasques ou de fortes pluies qui ont alourdi les fleurs.
De nos jours, le commerce offre des supports peints, discrets, à mettre en place préventivement sur les touffes les plus fragiles. Par mesure de précaution, n'installez pas des plantes hautes ou instables aux emplacements balayés par les courants d'air. Gare aussi aux fumures excessives qui compromettent la stabilité des vivaces en les faisant pousser exagérément !
Des petites branches ramifiées, piquées contre les touffes, après leur démarrage, suffisent dans bien des cas à limiter les dégâts. C'est une bonne technique pour échapper aux attaches qui donnent souvent aux plantes des allures de fagot.
 
L'hivernage:
 
IMMOVERT - Géranium vivace Si l'on a décidé de planter quelques vivaces non rustiques, pour profiter de leur beauté, il faudra penser à les abriter. Les précautions dépendent de la région et de la rigueur de l'hiver. En outre, il faut savoir que l'humidité surtout en sol lourd, endommage plus facilement les plantes que le froid lui-même.
La première méthode qui suffit à la plupart des espèces, consiste à disposer un matelas de feuilles sèches que l'on abrite et que l'on maintient sous une feuille de plastique, sous une caisse ou sous un pot retournée. D'autres matériaux comme de fins branchages assurent aussi un bon microclimat au-dessus des touffes.
Il est important de mettre les protections en place le plus tard possible, lorsque les conditions météorologiques le justifient. Elles sont renforcées si le froid s'aggrave. Au fur et à mesure que le temps s'améliore, elles sont retirées progressivement, de façon à ce que les plantes s'endurcissent peu à peu.
La deuxième méthode, très efficace, permet de sauver les plantes les plus fragiles. Des boutures effectuées en fin d'été ou des éclats,  bien enracinés et en bonne santé, sont hivernés sous un chassis ou dans des pots mis à l'abri du gel. Beaucoup de plantes venues de régions clémentes, comme les diascias ( diascia ), sont si florifères et si belles qu'elles méritent bien ce petit effort.
 

Comment les utiliser ?

Posted on December 8, 2011 at 8:38 AM Comments comments (0)
Cortusa matthioliLorsque l'on évoque les plantes vivaces, la première vision qui vient à l'esprit, comme par réflexe, est généralement celle d'une plate-bande opulente, où formes et textures se fondent dans une harmonie de couleurs. Ce type de décoration, très spectaculaire, n'est qu'un exemple de tout ce que l'on peut attendre des plantes vivaces. Dans le jardin, comme dans la nature, elles complètent et réunissent en douceur tous les autres éléments naturels de notre en environnement: le bois, l'eau, la pierre, les arbres et les arbustes. Leur présence métamorphose le moindre recoin du jardin.
En fonction de leur taille et de leurs exigences, elles habillent les rocailles, garnissent les auges et les bacs, dévalent les murets. D'autres s'étalent dans les joints de dallage ou se mirent dans l'eau des bassins.
Pour prolonger ou compléter leur effet décoratif, on les marie aux fleurs d'été, annuelles, qui viennent à point pour garnir les espaces vides. Ailleurs, on leur associe des plantes bulbeuses qui jettent leur note colorée alors que les vivaces sortent de leur repos hivernal.
Enfin, que serait la maison sans bouquet ? Là encore, les vivaces jouent un rôle irremplaçable. Que ce soit pour les bouquets frais ou secs, elles nous offrent généreusement leurs feuilles, leurs fleurs et leurs fruits, pendant une grande partie de l'année.
 
Réservez votre cours de jardin " rubrique Nous contacter " pour apprendre la reconnaissance des plantes vivaces et connaître l'entretien correspondant.

Comment les planter ?

Posted on December 8, 2011 at 8:37 AM Comments comments (0)
Préparation du sol:
 
Dicentra luxuriantC'est sans aucun doute la phase la plus importante d'une plantation de vivaces. Ce travail n'est pas difficile, mais il doit être réalisé consciencieusement. La vitesse d'installation  des plantes et leur développement ultérieur dépendent de sa qualité. Le travail du jardinier s'en ressent aussi; rien n'est plus désagréable que de jardiner dans les mauvaises herbes.
Le sol doit être ameubli profondément, au moins un bon fer de bêche, et débarrassé des rhizomes et racines de mauvaises herbes vivaces.
Si le massif est installé sur une surface herbeuse, on peut à la rigueur désherber chimiquement, pendant la pleine période de végétation de l'herbe avec un désherbant systémique comme le glyphosate. S'il est appliqué dans de bonnes conditions, selon les recommandations d'usage, son effet permet de détruire les rhizomes. Une autre technique, toute aussi efficace mais plus physique, consiste à décaper à la houe les deux ou trois centimètres de surface pour retirer l'herbe et les rhizomes superficiels qui s'y trouvent.
Le bêchage s'en trouve grandement facilité, surtout pour quelqu'un qui n'est pas un expert, et le repérage des racines à extraire aussi. Une fois mis en tas et décomposé, le produit du décapage donnera du compost, toujours utile. Pour travailler efficacement, il ne faut pas prendre des bêchées trop épaisses et bien émietter la terre, de préférence avec une fourche bêche.
 
Réservez votre cours de jardin " rubrique Nous contacter " pour apprendre la reconnaissance des plantes vivaces et connaître l'entretien correspondant.

L'organisation du massif

Posted on December 8, 2011 at 8:37 AM Comments comments (0)
Un peu d'organisation:
 
Un petit plan , même très schématisé, est indispensable. Lui seul vous permettra de composer sereinement votre massif, puis de déterminer avec précision les plantes et les quantités dont vous aurez besoin.
Même si l'on ne possède pas de dons pour le dessin, le plan reste le meilleur moyen d'éviter les mauvaises surprises et les pertes de temps lors de la mise en place des végétaux.
 
Donnez de l'espace:
Lychnis viscaria - Immovert
Pour bien se développer, chaque plante, qu'elle qu'elle soit, a besoin d'un espace vital suffisant. Les distances de plantations qui accompagnent les descriptions de plantes sont des valeurs moyennes à respecter entre les sujets d'une même espèce ou d'une même variété.
Entre deux espèces différentes, il est préférable d'augmenter un peu cette dimension. Le travail d'entretien s'en trouve facilité, mais surtout chaque espèce exprimera mieux sa forme, son naturel et son caractère.
Des plantes trop tassées s'étouffent les unes les autres. Elles s'étiolent et perdent leur port caractéristique. Cette remarque est capitale pour les touffes un peu originales, à mettre en valeur; elle l'est moins pour des plantes couvre sol qui sont faites pour se développer les unes contre les autres.
 
Variez les hauteurs:
 
Traditionnellement, les plantes basses occupent l'avant des massifs et les plus hautes l'arrière plan.
En fait, cette disposition logique supporte bien des exceptions. Un étagement trop régulier des tailles peut être très monotone. Le massif manque de relief. Des différences de taille bien marquées donnent plus de vie à une scène.
Chaque plante s'offre au regard et participe pleinement à l'effet d'ensemble.
 
Liatris spicata - ImmovertLe jeu des couleurs:
 
Sur ce sujet, les goûts de chacun sont bien différents. D'ailleurs, nous ne percevons pas tous les couleurs de la même manière.
La lumière douce ou tamisée est propice aux couleurs tendres et aux tons délicats. Les mariages de teintes et de nuances passent mieux que les contrastes de couleurs vives qui saturent l'oeil.
Pour elles, les lointains et la lumière crue sont préférables. De nos jours, les scènes composées autour d'une seule couleur et de ses nuances ont beaucoup de succès. Ce sont les camaïeux. De tels tableaux, qui évoquent les toiles des peintres impressionnistes, flattent l'oeil, mais une petite touche d'un coloris plus ardent n'a pas d'égal pour réveiller et animer une scène.
 
Formes et feuillages:
 
Tout miser sur la couleur des fleurs serait une erreur. Les feuillages ont une présence sans doute plus discrète, mais ils durent plus longtemps. Au printemps, quelques plantes bulbeuses suffisent à égayer toutes leurs nuances de vert, de pourpre ou de gris. En automne, ils accompagnent encore les dernières corolles de leurs tons fauves et, l'hiver venu, la charpente des graminées veille toujours sur la plate-bande endormie. Et que dire de leur texture ?
Les uns s'étalent, massifs et statiques, comme ceux des hostas( hosta ); d'autres, tel celui du fenouil ( foeniculum ) , s'élèvent en nuages vaporeux. Certains luisent, tout simplement, de leur plus beau vert, ou se déploient tout en ciselures comme celui des armoises ( Artemisia ).
 
Réservez votre cours de jardin " rubrique Nous contacter " pour apprendre la reconnaissance des plantes vivaces et connaître l'entretien correspondant.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Comment les choisir ?

Posted on December 8, 2011 at 8:36 AM Comments comments (0)
Cette question n'est pas un  mystère pour l'amateur averti qui assume les conséquences de son choix en connaissance de cause et en fonction de ses goûts.
En revanche, pour qui possède peu d'expérience, c'est une étape décisive au cours de laquelle il est plus judicieux de laisser le pas à la raison. Les notions de couleurs ou d'harmonie, aussi importantes,tes soient-elles, ne sont pas prioritaires. Pour assurer la réussite de vos plantations sans trop de contraintes, n'hésitez pas à privilégier la résistance des plantes au climat et aux particularités du jardin.
Cette précaution est essentielle vis-à-vis des espèces qui assurent la charpente des massifs. Elles doivent surmonter facilement les hivers locaux et, comme la nature du sol ne se modifie pas du jour au lendemain, sauf à grands frais, mieux vaut qu'elles puissent s'y adapter naturellement. La situation est-elle ensoleillée, ombragée ?
Le sol est-il sec, lourd ou humide ?
Voilà les questions qui doivent guider votre choix.
Peu à peu le jardin se peuple et se modifie. La nature du sol s'améliore et des microclimats apparaissent. Ce sont autant de chances d'accueillir de nouvelles protégées et de donner une touche d'originalité à ses plantations.
L'expérience aidant, et au vu des premiers résultats, il devient aussi plus facile de discerner quels types de plantes donneront les meilleurs résultats.
Viennent ensuite les notions de hauteur, de largeur et de volume. Ce sont elles qui déterminent le bon équilibre d'un massif. Il arrive aussi , parfois, que la taille d'une plante soit imposée par un détail particulier, à dissimuler ou à mettre en évidence. C'est seulement lorsque tous ces critères ont été observés que l'on peut raisonnablement céder à la passion des couleurs.
 
Réservez votre cours de jardin " rubrique Nous contacter " pour apprendre la reconnaissance des plantes vivaces et connaître l'entretien correspondant.

Quand planter ?

Posted on December 8, 2011 at 8:36 AM Comments comments (0)
D'une manière générale, les vivaces sont plantées en automne, de septembre à novembre, et au printemps, de mars à mai. Comme toutes les autres plantes de pépinières. Grâce aux cultures en godets, les plantations sont possibles à tout moment, sauf en périodes de gel ou de sécheresse, ou lorsque la terre est trop mouillée.
Septembre et octobre sont deux mois particulièrement favorables car à cette période les souches de vivaces sont encore très actives. En outre, c'est aussi le moment où le choix est le plus vaste. Au printemps, certaines des plantes rares que vous souhaitiez ne seront peut-être plus disponibles. La fin de l'été et le début de l'automne offrent de belles journées, propices au jardinage. Bien attendu, selon les plantes et les climats, quelques précautions s'imposent.
 
L'influence du climat:
 
A moins de bénéficier de conditions exceptionnelles, attendez la fin de l'hiver pour installer les espèces réputées fragiles. Dans les régions douces, aux printemps hâtifs et secs, il est préférable de planter en automne ou dès la fin de l'hiver pour que les plantes puissent s'installer et devenir suffisamment autonomes avant les chaleurs. Au contraire, dans les régions froides et humides, ou sur des sols lourds qui se ressuient mal, seule une plantation printanière pourra garantir un démarrage immédiat des vivaces et leur installation sans à coup. Les particularités des lieux ont aussi une influence déterminante sur les possibilités de plantations: un massif bien abrité, un sol perméable et chaud, offrent bien plus de facilités qu'une surface dégarnies, exposée au vent desséchant de l'hiver sur laquelle les plantes peinent en attendant le retour des beaux jours. Quelles que soient les conditions locales, il faut encore tenir compte d'un autre facteur important: la possibilité de dispenser des soins suffisants, et notamment des arrosages. Si une plantation reste livrée à elle-même, sans possibilité de soins, ce qui est fréquent dans les propriétés de week-end, le respect des conditions climatiques locales sera autant plus bénéfique.
 
Des exigences particulières:
 
Certaines catégories de plantes vivaces ont des préférences plus marquées. Les aquatiques, par exemple, doivent être installées lorsque l'eau se réchauffe, au printemps, ce qui correspond, selon les régions, à la période d'avril à juin. Dans les contrées où les hivers froids ne sont pas à craindre, la période de plantation peut être prolongée jusqu'en été, surtout si les sujets à planter sont livrés en godets. Mais la majorité des plantes aquatiques est fournie au printemps. C'est à cette période qu'elles sont les plus actives; c'est donc le moment que choisissent les producteurs pour les préparer et les vendre.
Les iris de jardin bénéficient aussi d'un régime particulier. Pour eux, le moment le plus propice à la plantation commence quelques semaines après la floraison, de juillet jusqu'en octobre. Bien qu'il soit possible de les planter à d'autres périodes, ce sont les plantations d'été qui donnent les meilleurs résultats, surtout dans les régions froides et humides du nord et de l'est de la France.
Pour les pivoines, en particulier pour les belles souches livrées à racines nues, la période normale de plantation s'étend de septembre à fin mars. Pourtant l'automne reste la période idéale. Les plantes ont le temps de bien ancrer leurs racines et démarrent plus franchement au printemps.
 
La nature pour exemple:
 
La diversité des plantes vivaces est elle qu'il est bien difficile de donner des recommandations très précises pour chacune d'elles, d'autant que des facteurs incontrôlables, comme le climat, jouent un rôle non négligeable.
La nature ses exigences et ses caprices, mais elle nous guide aussi par une logique bienveillante. Le jardinier averti qui l'observe avec intérêt sait bien que chaque plante vit selon un rythme immuable: végétation, floraison, repos. Au cours de cette troisième phase, qui intervient à différents moments de l'année selon les espèces, les plantations ou replantations sont assurées de la meilleure réussite.
 
Réservez votre cours de jardin " rubrique Nous contacter " pour apprendre la reconnaissance des plantes vivaces et connaître l'entretien correspondant.
 
 
 

Découverte des plantes vivaces

Posted on December 7, 2011 at 11:53 AM Comments comments (0)
Jardin de plantes vivaces - IMMOVERTL'appellation "Plantes vivaces " ou parfois " Plantes pérennes " n'a pas de sens scientifique précis. Lorsque le jardinier parle de plantes vivaces, il pense à toutes sortes d'espèces dont l'avantage principal est de repousser chaque année après avoir passé l'hiver en plein air.Chez la plupart d'entre elles, les parties aériennes meurent durant l'automne et il n'en subsiste plus qu'une touffe de feuilles, quelques rosettes ou parfois des bourgeons qui restent cachés à fleur de terre jusqu'au renouveau.
Mais ce n'est pas toujours le cas. Certaines vivaces sont persistantes: les oeillets mignardises ( dianthus plumarius ), les phlox en coussins ( phlox subulata ), les céraistes ( cerastium ), etc....
Et puis le jardinier n'a pas pu résister à la tentation d'y ajouter de vrais arbrisseaux comme la lavande ( lavandula ), l'armoise arborescente ( artemisia arborescens )ou les hélianthèmes ( helianthemum ) qui se marient bien aux vivaces, se multiplient et se cultivent comme elles. C'est la raison pour laquelle ils sont proposés avec elles.
Enfin, comme à chaque règle, il faut une exception, quelques plantes, plutôt bisannuelles, figurent aussi parmi les vivaces, car elles se ressèment seules. Ainsi, elles réapparaissent chaque année, sans qu'il soit nécessaire de les replanter.
 
Plates-bandes de plantes vivaces - ImmovertLorsque l'on évoque leur résistance au froid, on parle de rusticité. Les plantes dites rustiques ou très rustiques s'adaptent à tous nos climats même les plus rudes. D'autres, venues de régions plus clémentes, sont dites peu rustiques.
 Elles réclament une protection contre le froid. La diversité des plantes vivaces est si grande qu'on les sépare en groupes particuliers: les vivaces de plate-bande, de rocaille, les graminées, les fougères, les aquatiques, etc....
 
Réservez votre cours de jardin " rubrique Nous contacter " pour apprendre la reconnaissance des plantes vivaces et connaître l'entretien correspondant.